Revue Illusio n° 16/17

 

Théorie critique de la crise - Vol. 4

 

Altérophobie, surperfluité et abstraction : une société de dominations


A paraître printemps 2017

 

Avec ce quatrième volume de notre projet consacré à la théorie critique de la crise, Illusio achève ainsi ce travail entamé depuis six ans et qui aura contribué à explorer la crise profonde que nous traversons dans la multiplicité de ses dimensions. Initialement envisagé en un seul volume, ce projet aura finalement débouché sur quatre volumes qui, sans épuiser les interprétations possibles des multiples formes de la crise contemporaine, nous permettent, malgré tout, de tenter de résister et de lutter modestement contre les diverses formes de violence et de barbarie contemporaines qui ne cessent d’obscurcir notre horizon.

 

Aussi, et peut-être davantage que les précédents, ce volume est en prise avec l’actualité crépusculaire qui s’incarne violemment dans le sort réservé à la masse toujours plus importante des vies indésirables, superflues que le capitalisme génère. Qu’ils soient Roms, exilés (de force), « réfugiés », chômeurs, précaires, etc., la liste des dominés et des exclus ne cesse de s’allonger à mesure que s’impose un monde qui ne cesse de mutiler la vie, les corps, les existences…